Cadre institutionnel et organisation de la riposte

 

La réponse nationale au VIH s’appuie sur une approche multisectorielle et décentralisée. Cette approche nécessite l’implication de tous les acteurs et secteurs socioéconomiques, aussi bien au niveau central que régional, provincial et communal. Elle se traduit par la mise en place d’un cadre institutionnel approprié à la coordination et à l’exécution des interventions sur l’ensemble du territoire national.

1. Secteurs d’intervention

La mise en œuvre des stratégies sectorielles de lutte contre le VIH, le Sida et les IST pour la période 2011-2015, outre le ciblage des interventions au profit des catégories socio-professionnelles et économiques, mettra l’accent sur l’organisation de l’ensemble des acteurs nationaux regroupés en quatre (4) secteurs clés. Il s’agit : du secteur public, du secteur communautaire, du secteur privé et des entreprises et du secteur de la coordination nationale.

1.1. Secteur public

Le secteur public regroupe les acteurs des Institutions et des Ministères au niveau central et déconcentré. Ils sont organisés à travers des sous-secteurs chargés de coordonner et de mettre en œuvre des stratégies de réduction de la vulnérabilité et de l’impact du VIH, du Sida et des IST au sein des différentes structures et espaces de développement.

Ainsi, ce secteur se subdivise en trois sous-secteurs : le sous-secteur santé, le sous-secteur de l’action sociale, le sous-secteur des Institutions et des autres Ministères.

1.1.1. Sous-secteur santé

Dans le cadre de la lutte contre le VIH, le Sida et les IST, le sous-secteur santé couvre tous les domaines d’intervention relatifs aux actions de prévention, y compris la prévention de la transmission mère-enfant, de prise en charge médicale, de soins et de traitements liés au VIH , au Sida et aux IST, de surveillance de l’épidémie y compris la surveillance des résistances. Ces actions sont réalisées par les structures du Ministère de la santé, les services de santé du Ministère de la défense et de la sécurité, les structures sanitaires privées, confessionnelles et ONG, associations professionnelles, industries et officines pharmaceutiques, les tradipraticiens en santé, les établissements d’enseignement en santé, les enseignants et chercheurs évoluant dans le domaine du VIH.

Les cibles bénéficiaires de ces actions sont les personnes infectées et affectées par le VIH, les groupes spécifiques et globalement la population générale.

La coordination du sous-secteur santé est placée sous la responsabilité du Ministère de la santé à travers son CMLS et les autres services techniques impliqués, en collaboration avec le SP/CNLS-IST. Ce ministère assure le développement et la mise en œuvre des stratégies de renforcement de la prévention, de la prise en charge médicale des personnes infectées et affectées par le VIH à travers notamment l’organisation des soins et traitement, la surveillance de l’épidémie et la prévention de la transmission de la mère à l’enfant de l’infection à VIH. Il joue également un rôle d’appui/conseil, de supervision et de contrôle de qualité des interventions des autres secteurs (public, privé et communautaires) dans le domaine de la santé.

1.1.2. Sous-secteur de l’action sociale

Le sous-secteur de l’action sociale regroupe les acteurs des secteurs public, privé et communautaire impliqués dans la prise en charge psychosociale et économique des personnes infectées et affectées par le VIH. Ces acteurs sont représentés par les structures techniques du Ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale, les services sociaux des formations sanitaires publiques et privées, les services sociaux des Institutions, des Ministères et des entreprises, les structures associatives et confessionnelles intervenant dans le domaine. Les composantes de cette prise en charge sont relatives aux divers soutiens qui sont psychologique, socioéconomique, juridique et spirituel.

Les cibles concernées sont les PVVIH, les OEV et les autres groupes spécifiques et vulnérables, le personnel des institutions, des ministères et leurs familles ainsi que la population générale.

Le sous-secteur est coordonné par le Ministère en charge de l’action sociale à travers son CMLS en collaboration avec le SP/CNLS-IST. Il est chargé de veiller au développement et à la mise en œuvre des stratégies de prise en charge psychosociale et économique conformément aux normes. Dans le souci de mieux coordonner les actions de prise en charge psychosociale et économique, un accent particulier est accordé au renforcement de la concertation avec les autres structures sectorielles impliquées. Par ailleurs, le CMLS joue un rôle d’appui/accompagnement en matière de prise en charge psychosociale et économique. Un dispositif de coordination des activités de prise en charge psychosociale et économique est prévu par le ministère au niveau national et décentralisé.

1.1.3. Sous-secteur des Institutions et des autres Ministères

Ce sous-secteur est composé des institutions et des ministères autres que ceux de la santé et de l’action sociale. Il est organisé en huit (08) groupes d’intervenants (cf. annexe 4) conformément aux missions et attributions des différentes structures dans le cadre de la lutte contre le VIH, le Sida et les IST. Ce regroupement tient compte de la nécessité d’une convergence des interventions de différents types de structures vers des cibles ou des thématiques qui sont relativement communes. Les différents groupes sont constitués comme suit :

- le groupe jeunesse et éducation ;

- le groupe développement rural ;

- le groupe défense et sécurité ;

- le groupe économie ;

- le groupe travaux publics et transports ;

- le groupe justice et droits humains ;

- le groupe administration générale ;

- le groupe institutions.

Les cibles concernées sont à la fois le personnel et les familles, les cibles connexes habituellement bénéficiaires des prestations de service des différents Institutions et Ministères, les personnes infectées et affectées par le VIH et la population générale.

Les différents groupes sont coordonnés par des structures interinstitutionnelles et interministérielles mises en place à cet effet, sous la forme de cadres de concertation. Ces derniers sont chargés de piloter la planification des actions communes et la capitalisation des interventions en concertation avec le SP/CNLS-IST.

Chaque institution ou ministère à travers son comité d’institution ou comité ministériel de lutte contre le VIH, le Sida et les IST demeure cependant responsable de la bonne coordination et du suivi évaluation des interventions qui lui sont confiées. Ces comités devront par ailleurs veiller à une intégration progressive des actions de lutte contre le VIH, le Sida et les IST dans les activités courantes de leurs institutions et ministères et dans la formulation des politiques et stratégies sectorielles de développement.

1.2. Secteur privé et des entreprises

Le secteur privé et des entreprises regroupe les sociétés d’Etat et privées, les entreprises parapubliques et privées, les petites et moyennes entreprises ou industries (PME/PMI), le secteur informel, le sous-secteur sanitaire privé. Les interventions sont faites à travers des structures organisées tels que, les comités d’entreprises, les organisations faîtières des PMI/PME, professionnelles, syndicales et du secteur informel, etc. Ces interventions concernent le personnel, les familles, les populations environnantes, connexes des unités industrielles et les groupes spécifiques socioprofessionnels du secteur informel.

La Coalition nationale du secteur privé et des entreprises (CNSPE) est chargée d’assurer la coordination des interventions du secteur en collaboration avec le SP/CNLS-IST.

1.3. Secteur communautaire

Le secteur communautaire est représenté par les acteurs de la société civile impliqués dans la lutte contre le VIH, le Sida et les IST. Ces acteurs sont organisés sous forme de structures, librement créées conformément aux dispositions légales et réglementaires. Il s’agit des structures associatives, des organisations faîtières, des syndicats, des communautés coutumières et religieuses, des Organisations à base communautaire (OBC), des ONG. Elles sont chargées de mener des interventions ciblées au profit de leurs membres, des groupes spécifiques vulnérables et/ou à hauts risques et de la population générale. Elles interviennent également dans le cadre de la contractualisation des activités des secteurs public et privé du fait de leurs aptitudes sur le terrain.

La coordination des interventions est assurée par les réseaux d’associations et les coordinations communautaires (unions, fédérations, coalitions, groupements, collectifs, etc. qui sont mis en place au niveau central, régional et provincial/communal. Certains ONG, projets et programmes agissent en tant que structures de coordination au niveau communautaire.

1.4. Secteur de la coordination nationale

Le secteur de la coordination nationale de la lutte contre le VIH, le Sida et les IST, a un caractère transversal dans la mise en œuvre du cadre stratégique. Ce secteur s’intéresse essentiellement au renforcement des capacités institutionnelles et organisationnelles des structures de coordination des interventions aux niveaux central, régional et provincial/communal.

Il se décompose en deux sous-secteurs qui sont le sous-secteur de la coordination centrale et le sous-secteur de la coordination décentralisée pour lesquels sont définis des liens fonctionnels et hiérarchiques.

1.4.1.Sous-secteur de la coordination centrale

Le sous-secteur de la coordination centrale est assuré par le SP/CNLS-IST, appuyé par ses antennes régionales. Celui-ci veille à la coordination nationale de la mise en œuvre du PNM en collaboration avec les structures de coordination mises en place dans les Institutions, départements ministériels, entreprises, les structures communautaires, les structures de mise en œuvre des projets et programmes.

Cette coordination est également faite avec la collaboration des partenaires techniques et financiers organisés ou non à travers des cadres de concertation.

1.4.2. Sous-secteur de la coordination décentralisée

La coordination décentralisée est placée sous la responsabilité des CRLS avec l’appui technique des antennes régionales du SP/CNLS-IST. Les CRLS sont chargés de la bonne coordination des interventions au niveau des collectivités territoriales et circonscriptions administratives que sont les régions, les provinces et les communes. Ils sont responsables de l’élaboration et de la mise en œuvre des plans régionaux multisectoriels (PRM) de lutte contre le VIH, le Sida et les IST.

Ce sous-secteur de la coordination décentralisée intègre également les structures communautaires de coordination de la lutte contre le VIH, le Sida et les IST intervenant au niveau régional et provincial et qui, en fonction du niveau de leur coordination, rendent compte de leurs activités.

Liens utiles

Présidence du Faso

Premier ministère

Ministère de la santé

ABBF

Marie Stop

Solidarité Sida

Africa CNLS

Catholic Relief

World Relief

    ONU SIDA

    PNUD

    Sidaction

    Plan Burkina

    UNICEF

    OMS

    REVS

    UNFPA

    FAO

 

Actualités RSS

UNAIDS | Latest Feature Stories

  • Le Desert AIDS Project a décerné son prestigieux prix en Science et médecine à l’ONUSIDA. Le prix a été remis à Gunilla Carlsson, la Directrice exécutive adjointe de l’ONUSIDA, Gestion et gouvernance, lors des 25e Annual Steve Chase Humanitarian Awards à Palm Springs, aux États-Unis, le 9 février.

  • Palm Springs, dans le désert du sud de la Californie, aux États-Unis, est une ville réputée pour ses sources thermales, ses hôtels sophistiqués et ses parcours de golf. Depuis les années 1920, les célébrités n’ont cessé d’affluer vers ce terrain de jeu de la jet-set.